mardi 24 mars 2009

Archipiels 21



dans une fenêtre de lumière l’herbe ne s’est affolée
qu’une fois.
la nuit a redit les mots
de la fin du jour.

à l’oreille de la porte étroite du songe
chaque pierre sera vivante
posée sur les sagaies du tonnerre.

la main du monde s’isolera
sous une sorte de sortilège.
le repos des flammes l’ avivera
pendant toute une saison
où les cheveux prennent ce teint d’huile.

la peau ne sera plus sans odeurs
les larmes en porteront pour les répandre
autour de la vulve rutilante
des cadavres de lucioles.

dans son absence charnelle
un liseré de limbes
persécutera le bord de chaque feuille
des peupliers

l’attente sucera les nervures
et brisera leurs nudités.
parce que la pluie n’est pas venue.

ludovic pautier / chroma

nb : photo d'une peinture de charly tastet. dont on reparlera.

5 commentaires:

el chulo a dit…

preuve qu'un site peut être à la fois beau et intelligent.
enhorabuena ludo

Marc Delon a dit…

j'espère que les éditeurs se manifestent ?

ludo a dit…

chulo et marc,
ben merci et les éditeurs c'est nous aussi. on a un un bel outil, faut faire rhizomer.

un message pour bruno :
ton mail ne prend plus le mien !?
comment kn fait si je veux te répondre ...ayudame compadre.

ludo

popelina a dit…

Ludo, je ne veux pas répéter la même chose à chaque fois, mais: éblouissement.

El Coronel a dit…

Ludo, no puedo opinar, ya sabes, cosas de la lengua, pero me parece que la cosa va de editores,(eternos buscados) por el comentario de Marc, que es el que mejor entiendo.
Me gusta la expresión "ayudame compadre". Ser "compadre" no es poca cosa y lo que implica ese nombramiento.
Salud