mercredi 12 novembre 2008

A sophie


flamenca, aficionada, aimable, avec un sourire chaud comme un petit matin de madeleine, sophie a fermé ses beaux yeux noirs il y a quelque temps déjà.
elle continuait à vivre avec la seule force du compas des systoles et des diastoles.
la sienne mais aussi celui de l'amour de ses parents et ses amis.
depuis hier le souvenir de cette vie emportée est définitif.c'est terrible mais le grand chariot du deuil peut enfin s'avancer.
j'y fait monter deux simples choses. je crois qu'elle aurait aimé cela :

"buena copla es la que deja
al que canta o escucha
en el corazon consuelo
y en los labios amargura"



"dessine avec de l'eau et le verre
d'un trait la branche d'amandier

bien que la maison près de la mer
ait à présent disparu"


(lorand gaspar / patmos et autres poèmes / gallimard poésie )

2 commentaires:

bruno a dit…

ah merde!

La condesa de Estraza a dit…

He creído entender algo, pero para no metar la pata, Ludo, copio el comentario de Bruno:
Ah merde!

La condesa de Estraza