jeudi 25 août 2011

Carte postale 2


A Madrid , vois-tu, il y avait moins de monde qu’à Venise. Mais , proportionnellement autant de güiris. Et puis des indignés. On a juste suivi la queue de la comète policière qui balayait derrière eux cherchant à retrouver Sol, se rabattant sur d’autres campamentos plus hospitaliers. Il y avait presque autant d’hélicoptères dans le ciel de nuit que de taxis Gran Via. Qu’est-ce que ça sera le jour où ils seront révoltés.
A la Venencia , rien n’est plus pareil, tout a changé…non, je déconne.
Au 21 calle de la Cruz, Toni revenu de vacances éblouissait, autant que les feux sous sa plancha. On a abusé des abats et des photos de Julio Robles. J’ai laissé choir un peu de sel  lacrymal dans ma cañita. A cause des photos. Plus tard, ailleurs,  on a siroté du gin-tonic au concombre. J’ai pensé , tu t’en doutes, à Angel. Il se dore la pilule sur la costa del Sol, largando avec ses amis de la trinchera malagueña. Heureux jubilateur.Pas vu non plus Carmen. Ils nous ont manqué.  C’était bizarre: Madrid , l’été, et pas eux, aussi bizarre que si Chicote s’était volatilisé ou bien si on avait changé de place la statue de Bienvenida .
Tiens, Las Ventas, on y est allé. Frascuelo, Andres Palacios et confirmation de Raul Velasco. Toros de Jose Luis Pereda. Plutôt encastée la course. 8 € à la sombra d’accord, mais deux heures de queue au guichet et le premier bicho escamoté. La plus grande arène du monde. En ce qui concerne la laideur picturale du cartel c’est vrai. Une belle mouise ( en fait une repro dégeu d’un tableau de Cesar Nuñez, plutôt pas mal, lui, sur la repro on dirait un biou pour Hermoso de Mendoza, les pattes dans de la colle ).
Carlos Escolar avait soigné son jabot, sa faja et ses trincheras. Comme toujours. Pourtant  là, il fut résolument du côté d’une toreria patinée, presque sous globe, mais alors avec un ressort ! et de l’animo, de la chaleur : Le torero sur la télé en N&B de Mamie Albertine en pleine action.  Carajo, quel cabot et quel torero. Palacios fut à la fois transparent, profond et incapable. Pas en même temps, heureusement. Il laissa trois séries de naturelles à se mettre sous le mouchoir pour cet hiver le sortir et hop ! juste avant de se moucher a ver si je me rappelle comment il a fait Andres de mi arma, parar, mandar , templar y recoger. Sous l’œil bien entendu inquiet de mes voisins de conseil d’école. Il me tarde. Raul Velasco , digne, sobre et avec l’idée de suivre Frascuelo. Ce qui est une bonne idée. Enfin, pour moi, Luc, tartampion et puis c’est tout, en gros. Pas pour faire fortune. Comment lui dire qu’il faut qu’il persévère -juste pour notre hédonisme-  sans qu’il nous déteste, Tartampion, Luc et moi,  un jour ou l’autre le Raul ?

 Le soir Helena et Sita étaient plus que belles. Gracieuses.  JJ avait fait un arroz. Il a pris des cours tu sais. Des cours d’arroces ! formidable ! c’est à croire en dieu ! ce fut effectivement divin. Jean-Marc  avait fait préalablement un tour chez Lavinia - La Tintoreria était closed-  et on a bu du Cheverny de chez Villemade, un Clos des Fées ( eh , Les Sorcières, pas la Sibérie, t’es pas fou ) de tonton Bizeul, un  Morgon de Foillard, et des tas d’autres trucs. On avait pas envie de savoir si les vignerons espagnols font moins qu’avant pousser des chênes en plein milieu des rangs de vignes. Pas envie d’être décus, quoi. Et pourtant , tu me connais, je dois beaucoup à ce pays. Tiens, en guise de paraphe, un p’tit tour d’érudition  chez Yourcenar (plus ça avance et plus je l’effeuille la Marguerite et plus je crois que je vais m’arrêter à "passionnément" ). Lis cela : « Le vrai lieu de naissance est celui sur lequel on porte un premier regard intelligent sur le monde ». C’était il y a 30 ans maintenant, mais je sais que pour moi ce fut là, comme aujourd’hui, sur cette terre avec une peau de taureau.

6 commentaires:

el Chulo a dit…

C'est vrai Ludo, que pour ceux qui ont eu le privilège de déambuler dans Madrid, ou d'aller a las ventas, en compagnie de notre chère et explosive "condesa", notre "gitana rayana", et du "musculeux" angel, "coro" comme elle l'appelle, cet impénitent "callejero" natif du quartier de las ventas, on doit sentir un grand manque, tant ils ont le don d'attacher une histoire, une anecdote dans chaque recoin de la ville.

en tous cas, et je ne peux pas en jnuger, "coro" et carmen affirment que la venencia a beaucoup changé. en plus, si on ne peut plus y fumer, me cago!

simple oubli, peut être, mais je ne le pense pas, tant ma déception fut immense, tu ne parles pas de santa ana.

abrazo maestro

ludo a dit…

Chulo,
je pensais à l'endroit , dans son jus. je crois qu'Angel et Carmen parle de l'ambiance, des dueños ( des portes de Sing-Sing ). otro mundo ha pasao. et Santa Ana, au mois d'aoüt trainait sa peine.mais j'avoue ne pas trop aimer cette place, ent tout cas plus maintenant. dans les bocacalles qui la ceinturent il y a encore des choses qui "jactent". mais c'est vrai que la cerveceria alemana, le viña P, le théâtre, la statue, l'hôtel, ... c'est du lourd otro mundo ha pasao tambien.
abrazo.

ludo

el Chulo a dit…

otro mundo que ha pasado, oui!

El Coronel a dit…

Ludo ya te dije que mi mala suerte era mucha al no poder estar con vootros en Madrid, pero me temo que la mala suerte es vuestra porque si hubiera estado yo en Madrid en lugar de dorar mi calva al sol de Marbella, nunca hubiera permitido que bebierais gin-tonic con pepino. Esa modernez de la ginebra de moda con rodaja de pepino es un snobismo que no conduce a nada.
Atencion: La proxima en Otoño) vez el gin-tonic sera con ginebra Citadelle (Francesa) y tonica fever Tree (inglesa) hielos Scotman (con agua de Madrid que no tiene cal)cascara de limon (Murciano) exprimida y un lijero toque en circulo con una cucharilla, nunca agitado. Admito cambiar el limon por la lima.
Nos vemos en Octubre

el Chulo a dit…

cono, coro, estas vivo?
me cago, ginebra con tonica y pepino es algo totalmente iconoclasta!
no se si el pobre ludo no habra perdido la cabeza!puede ser algun filtro gitano y confidencial de la condesa?
un abrazo hermanito, y si ves a la carmen, di le que la amamos!

abrazo de los fuertes, tio venteno de paracuellos!ufffffffffffffffff

EUGENIE a dit…

Mais je confirme : le gin et le concombre c'est un vrai mariage heureux. Celui servi a Madrid au "JAZZ BAR" (c/moratin n35) est d'enfer. Avec le cérémonial et tout et tout. Celui au gingembre vaut aussi le détour. Très belles cartes postales Don Ludo. Pas tout compris mais c'est beau.