vendredi 24 avril 2009

Ricochets ( trouble in aficion water )



- ciego !
- si picha, que hay ?
- tu as vu le post de camposyruedos et l'extrait de la chronique de vicente zabala de la serna ?
-vaya tela !
- non, non, non, pas vaya tela , vaya mierda !
- que ? De los grises en sevilla ?
- si
- a ver. donne-moi el ordenado', je vais essayer de ricocher .
- rebondir
- quoi ?
- on dit “rebondir” ciego.
- ah...bueno. traeme el aparato eze pero sin rebote, eh ?.


d'abord, je salue mon cher solysombra et deux autres âmes en peine , sin sevilla, en leur dédiant ce qui suit .

ensuite, je n'en remettrai pas une couche sur les toros du sorcier parce que j'ai l'imression que ceux qui veulent laisser obésifier la fiesta avec des tombereaux de bigmacdomecq sont déjà à kalachnikover (c'est du “christian laborde”, ce sera un vrai plaisir de le disséquer dans quelques temps par ici ) des animaux dont on verra ce qu'ils en diront quand sortiront les charlotades de jean-pierre et consorts.
zabala de la serna a-t-il utilisé le mot de "mierda" une seule fois pour désigner les 6 de zalduendo de résurrection ?
ou , dans sa jeune carrière, le même vocable pour un jour , un seul de sa vie, désigner un domecq ?

je ne crois pas. question de lutte des classes, à mon avis.
pourtant, si ça ce n'est pas de la merde...ça sent pas bon tout de même.

alors relativisons.

je crois que le mundillo a besoin de ce genre de "spectacle" mais les dés sont trop pipés par ailleurs pour que cela fonctionne vaiment aujourd'hui.
j'ai prié , ce qui est dur pour un agnostique, mais je ne voulais pas voir ce qui devait finalement se passer.
donc , il ne nous reste plus que tout ce que les autres taurinos veulent abattre (les courses ,disons, de bilbao à céret ) et les immolations en direct de JT avec au milieu la gangrène de la "indultitis" soignée par les docteurs perrera et ponce.
vaya mierda ?
...vaya tauromaquia ! je dis.

enfin, chers amis, vous n'avez pas bu en regardant la course ? je suis sûr que oui.
moi, j'ai goûté un savagnin du jura - jacques tissot production- qui valait un monton de fino amanzanillado qui nous ferait prendre des vessies pour des lanternes.
du coup j'ai fini la bouteille.


plus tard, beaucoup plus tard, j'ai calé entre mes deux oreilles, une petenera -le chant de la perdition – de rafael romero “ el gallina” , aussi rêche qu'une toile de pantalon de journalier, trop court, et attaché avec un bout de ficelle rance.
on dit que ce chant “trae mal fario “, qu'il apporte le mauvais oeil. on dit que quand le guitariste égrène les premiers accords de ce palo maldito, on peut alors savoir le nombre exact de vrais gitans par les quatre côtés qui se trouvent dans une salle de concert parce que ce sont les seuls qui se lèvent et détalent à ce moment-là.


le monument à la petenera à paterna


j'écoutais ainsi le poulet qui transmet sa chair à qui l'écoute, sur le vif. mais apaisé et au calme. en pensant tout simplement qu' il y avait moins de “franchutes” , là (j'étais seul avec mes trois princesses ), que chez la anselma qui devrait penser à ouvrir un cabaret du côté de cette sorte de triana germanopratin qu'est la rive gauche à paname.
bref, j'ai traité le mal par le mal.
moins par moins ( victorino regarde sa camade s'allonger – dans tous les sens du terme- au bout du rouleau mais pas de la planche à billets et le “sevillanismo” est insupportable même à des centaines de kilomètres ) .
Ou plus par plus ( j'ai toujours le morantismo aigre-doux - ce capoteo au cinquième à retourner la terre pour la mettre à la place des cieux - et séville a un air incomparable ).
le résultat est identique.

lo peor ? payer 9 euros pour voir cela à la télé, sur “el + “ très exactement. alors là, oui ! vayita mierda de mierda !
passons sur le stéphane bern du callejon.
haussons-nous jusqu'au palco des commentaires.
insupportable.
même la voix rauck'n'rollissima de “ ay mi chenel” parait être de la publicité type cow-boy de marlboro pour promouvoir leur “entertainment”.
et les images ? je résume : une passe, une focale sur la guapa de turno chaussée d'une paire de lunettes à faire remourir- mais de jalousie - cette raclure de pinochet, une passe, un aller-retour sur les "pijos" de tendido, une ... etc, etc...
et la goutte de sueur et le bas recousu et le sabot ensanglanté et ...pouf ! yé n'en pé plou.

au novillo sorti de sobrero j'ai éteint.
il faisait juste un peu jour un peu nuit.
On entendait monter le silence comme sur “la cuesta de las delicias” , au mois d'août, sur les berges de l' oued el kebir. Un silence à peine froissé par le bruit des glaçons qui tintent dans le gin-tonic.
et soudain la lole qui chante à te rendre spasmophile. et manuel qui étouffe la douleur du cyprès devant tant de beauté en y posant sa joue tendrement pour lui souffler “despacio, doucement, despacito”.
un truc à vous faire aimer séville jusqu'à la fin ds temps.
Te acuerdas olivier ?

7 commentaires:

Marc Delon a dit…

Oh Putain....... pas charitable... là j'ai les super boules de ne pas y être !!!
Lu-do-Sa-laud , Sa-laud-Lu-do !

el chulo a dit…

Tout ceci se voyait comme un nez au milieu de la figure.
Le Cid avec des coutilières qui dit t’on lui bouffent le cerveau, Morante peut être trop naïf.
A l’affût, les pisseurs de lignes de la « Causa », religieux intégristes de cette religieuse casa domecq, qui, est ce un hasard, veut détruire tout ce qui s’opposerait à sa suprématie.
Le pape domecq, a une nouvelle fois délégué ses archevêques et évêques pour détruire l’intrus.
Les Pio Moa et De la Cierva du stylo se déchaînent.
Hé quoi, ce petit vendeur de saucisses de Victorino veut fournir des corridas à des figuras ?
Le pape a aussi ses grands prêtres en France, ceux qui aiment la corrida bling bling, celle qui enrichit et ou est politiquement conforme.
Il a aussi sa phalange qui insulte, méprise, montre du doigt.
Victorino a commis des erreurs. Lui-même sait ou savait très bien analyser ses « baches », il l’écrivit en tous cas : trop de corridas, trop de laisser aller dans les tentaderos, trop d’étalons douteux, air connu.
Plus quelques naïfs, peut être qui crurent que du jour au lendemain, de simples résolutions allaient tout changer. Qu’ils allaient trouver dans ces remises bi sanguines domecq/santa coloma qui sont presque la généralité, le produit santa coloma de luxe.
Les camadas qui vont sortir et encore pour 5 ans sont déjà faites, tout le monde le sait, c’est le temps minimum qu’il faudra attendre pour voir autre chose.
Le « miracle » entretemps peut se produire, que ce soit chez le pape ou chez les hérétiques. Une divine surprise en quelque sorte.
Souhaitons seulement que des « desgarbado » ne seront plus béatifiés, et que nous entrerons, ce qui semble improbable dans une ère de paix.
Amen

ludo a dit…

ole le commentaire, chulo !
ben, marc, on se lâche ? on ira un jour ensemble, on ira a las tres mil , on écoutera le bobote, on boira des coups chez pepe perejil (père et fils). et au retour on écoutera tout l'album "nuevo dia" de lole montoya et manuel molina.on chantera : " el aire huele a pan nueeeeevo " et il pleuvra à partir de burgos.
ça va mieux ?

ludo

el chulo a dit…

merde alors!
simon casas invité par le roi avec sarko et zidane, curro romero, castella et jean baptiste jallabert!
et notre sarko comme vous mes amis, "subjugué par Séville" et fasciné par la corrida!
me cago, me cago, me cago!
je retourne à mes lectures!
ça va péter la corrida bling bling, je vous le dis avec neuilly aux barreras de nimes!
me cago, me cago, me cago!
oh ma corrida, comme je t'ai aimée!

el chulo a dit…

aimé, pardon, pour mon père!

ludo a dit…

chulo,
sarko est vite subjugué. dîner chez jean-charles, tu parles, un sommet de sa carrière de bouffon. que "ay mi curro" soit de la sauterie c'est comme chenel chez telemoleskine. insupportable. quant la blingseville à laquelle il fait allision elle devait se trouver au "pepe hilo " le jour des victorinos avec l'aéropage, tocandanse pelotas, de pijos qui y paradait ( je n'y étais pas mais j'ai mes informateurs ). la nôtre, je préfère la suivre dans les pas d'olivier . et toi aussi .
c'est là :
http://www.olivier-deck.fr/pop_carnet.php?id_carnet=184

abrazo

ludo

el chulo a dit…

ludo,
as tu vu que notre andre viard national "découvre" morante, et peut être chez ponce quelques artifices.
as tu vu que nous sommes dans ces somptueux mouvements de balancier de la corrida de toujours.
seuls les imbéciles ne changent pas d'avis et dede est tout sauf un imbecile.
voyons ou le vent nous porte!
esperons seulement que ce soit le prélude à une "reconstruction" dans le paysage ravagé par la veulerie, l'incompétence, la médiocrité institutionnalisée, le caciquisme, l'appât du gain, la vulgarité de la pensée et de l'être, la tartuferie la plus échevelée, parfois la connerie la plus pure, (absence de doute) et que les mêmes qui glorifiaient cette merde de desgarbado, voudront bien prendre quelques mois ou temporadas de reflexion ou de recul.
il ne s'agit ni d'encenser ni de tuer, simplement de regarder.
toreer, amigo ludo, ne sera jamais un concept, pas plus qu'écrire, penser, vivre encore moins aimer.
massacrer un toro est d'une vulgarité extrême, comme chanter faux, faire le petomane, ou prétendre qu'on a compris ou savoir.
reste le temps qui s'arrête, et ce linge passe au front du christ de ce qui croient et qu'on nomme la veronique.