samedi 12 mai 2012

Libéra(dica)tion

Il y a bien longtemps que Libé ne me sert plus à allumer la cheminée.
Déjà Rothschild chez July. Ensuite Demorand, la laisse d'or de "Lémarché", dans l'Ours, basta.
J'avoue, je pleurais encore de rire à la découverte de la page "Ecrans" du samedi paraphée Roberts & Garrigos, je grognais de plaisir quand j'imaginais la tête des actionnaires après la lecture des chroniques de Pierre Marcelle. M'enfin, à part ça...
Ah si ! les cahiers livres et la plume de Lançon. Ouais, important Lançon. Il écrivait pour Charlie mais il suffisait de lire son texte sur Sanchez Ferlosio et on gueulait "Ole tu" au coup de crayon qu'il portait dans l'arthrite de nos voyages immobiles vers l'Espagne qui nous dévorait.
Et puis les numéros spéciaux. Celui de Tapies, ceux du festival de BD d'Angoulème, le journal de l'année des écrivains... l'article de Bayon le jour de la bascule de Joe Strummer, Lefort en digne successeur de notre tant aimé Serge Daney, la nostalgie des articles de Jacques Maigne sur le rugby,
bref, au bout de compte je ne l'achetais plus mais je lisais encore.

Je ne vais rien vous apprendre, aujourd'hui c'est la page taurine qu'on défouraille avec presque, on le sent, un soulagement du côté du quotidien.
Nous , au départ en 87 , on avait eu peur quand même, ça sentait le Mourousisme cette affaire de taureaux dans Libé.
La garde baissa derechef dès que la première phrase du premier article défila sous nos yeux. Ben normal, Durand, on ne pouvait pas faire mieux.
25 ans de luxe de lecture.
Mais les pies tournaient depuis bien trop longtemps au-dessus de la plume "érutilante" de Durand.
Bien sûr, on peut penser que la Gôche alliance d'une rose pusillanime (ça sent bon et c'est une variété sans épine) et d'un Europécologisme opportuniste a eu raison de cette incongruité sudiste (la version langue d'Oil du canard ne sentait déjà plus le sang, la merde, le cigare et le Varon Dandy depuis quelques temporadas maintenant ). On peut pétitionner à tout vent. C'est fait.
Mais j'aimerais juste te dire, Jacques :
"Merci" et,
"Mais on s'en bat les gonades, allez viens , d'abord on va boire un pion puis après on va te la fonder la gazette pour laquelle tu aimerais signer".
Alors,  mesdames et messieurs de la torosphère ? chiche ?

8 commentaires:

el Chulo a dit…

ole ludo!

bon, il aura toujours terres taurines peut être!

Marc Delon a dit…

Ah putain ces gauchistes... le libéral de droite a l'idée prem's et juste après un pimpim gôchiste nous propose une communistisation plumitive torosphérique...
C'est pô possible... si Libé était content d'avoir Durand c'est qu'il ne pissait pas copie partout ailleurs, aussi !
Je suis peut-être naïf mais je n'imagine pas un grand quotidien ou autre, enfin un truc à sa stature quoi, ne pas tenter de le récupérer, lui et son talent.
Le Monde ? Après un fight avec Marmande...

Bernard a dit…

Mon cher Ludo,

J'avoue bien volontiers que Libé jamais ne fut ma tasse de thé... Et puis cette habitude en forme d'abus de "jeux de maux laids pour gens bêtes" pour leurs titrailles (et qui a fini par contaminer le plus inculte journaleux!)... Bref, le lâchage de la rubrique tauromachique me fera un motif supplémentaire de ne pas le lire! Et quant à signer une pétition, il n'en sera pas davantage question, ces porteurs de mépris en sautoir ne valant pas la moindre imploration! Ainsi, tout est désormais en bon ordre libéral bien propre sur lui (ni sang, ni merde) chez Libé(ralisme)...

Abrazo fraternel - Bernard

el Chulo a dit…

merde, libéral de droite, fallait y penser.

ludo a dit…

ouais Marco, mais toi tu veux le mettre au maille sans lui payer un coup à boire. Assoifeur ! et puis d'abord je n'avais pas encore lu ton texte, nigaud.
Bernard, "Tout fout Lacan", c'est pas mal non ?
Chulo, libéral à la Thoreau i can. pour le reste c'est certainement le mot le plus cocufié qui soit.
la bise los tres.

el Chulo a dit…

j'avais bien vu le "tout fou lacan"!
un peu intello quand même, en références aux détournements des mots de lacan, mais dans le ton du libe d'avant, avant qu'il ne sombre définitivement dans le camp des donneurs de leçons bien pensants, bobos bios parigots rosâtres insupportables y compris pour les lecteurs de gauche.

Bernard a dit…

Ludo,

"Tout fou Lacan", c'était bon encore à l'âge du lycée... Mais, comme le disait un de mes profs de lettres (de lycée!), ça fait "jeu de maux laids pour gens bêtes"... Alors, le coup de l'ado cynique et qui entend le rester, non merci (tiens, "Non merci!", ça te dis rien?...)

Donc - et malgré l'insistance de notre cher Xavier, je ne pétitionnerai pas auprès de ces petits marquis post-modernes!... Ils nous méprisent (en jetant Jacques Durand pour paraître plus mieux bien propres sur eux!), méprisons-les!... Du moins je me l'applique à moi-même.

Abrazo fraternel - Bernard

el Chulo a dit…

ola don largocampo!