samedi 30 octobre 2010

Flamenco de servilleta

"Que yo no sé qué me pasa:
Si te quiero o no te quiero,
Si tu casa no es tu casa,
Si hiela un querer o abrasa,
Si me matas o me muero."

cette copla fut écrite sur un bord de table de bistro par Miguel Hernandez dont on fête aujourd'hui  la naissance il y a 100 ans à Orihuela , province de Murcia.
Cette "vinculacion" au cante flamenco fut tenue longtemps comme anecdotique, sous-estimée. Pourtant, quand Francisco Martinez Marin, par le biais du témoignage direct, narre comment Miguel fut amené à écrire pour le cante , on ressent cette familiarité vitale avec "el entorno flamenco" ( le chant, la taverne, le vin, l'exaltation, les discussions,  les amis ) qui devait irriguer le quotidien du poète.

  “En el Bar España (Orihuela) tenían los taurófilos y los cantaores del género grande y chico sus reuniones, cerca del salón del Cine Novedades, inaugurado en torno a 1917. El dueño, Luís Pérez, “Españita”, era tan aficionado que, cuando escuchaba una copla flamenca, se emocionaba y se ponía a llorar como un chiquillo. En ese café-bar solía cantar Antonio García Espadero, “Niño de Fernán Nuñez”, y el Mamaillo. Otras veces lo hacían a petición del dueño. Como allí Miguel y sus amigos jugaban la partida, un día de 1927, ante D. Francisco Martínez Arenas, gran aficionado y gerente del Novedades, se quedó el cantaor falto de letrillas y D. Paco (…), sabiendo a Miguel capaz de improvisar, le hizo escribir unas coplas en una servilleta de papel que trasladaron al mármol de la mesa del “Niño”.Gracias al hijo de Don Francisco Arenas, Paco, que las guardó, hoy sabemos que el Niño de Fernán Nuñez pudo seguir deleitando al público, gracias a Miguel”.

Ce qui précède est extrait de l'article d' Alfredo Arrebola " El sentir flamenco en la poesia de Miguel Hernandez ". On peut le consulter sur le site de " Folclore y Flamenco".

Et bien sûr, pour illustrer ces propos, on ferme les yeux et on se laisse envahir par la voix d' Enrique Morente accompagnée du toque de Pepe Habichuela dans sa version flamenca de "La elegia a Ramon Sije" intitulée "Compañero" et extrait du disque "Despegando" paru en 1977.
Vamos ya , Maestros...

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Quel immense plaisir de suivre tes entradas, Ludo....Cette amour du flamenco...Mon rêve secret,- qui ne le sera plus-, chanter comme ces orfèvres du cante hondo. Je suis un peu comme ce brave "Españita", "que era tan aficionado, que cuando escuchaba una copla flamenca, se emocionaba y se ponia a llorar como un chiquillo".

Ah! Ces nuits entières de bonheur à écouter Menese, El Cabrero, Càlisto Sànchez, Curro Diaz, Capote de los Claveles, etc ...Seul français au milieu des aficionados de MIJAS et ALHAURIN GRANDE, mais combien à l'amble avec mes voisins.

De temps en temps je feillette "FLAMENCOS", un beau livre de Mario Bois. J'avais justement lu ces vers, il y a peu:
" Si me miras, me matas
Si no, me muero,
Màtame, bida mia,
Que morir quiero"...

Et cette autre chant, que j'adore:

" El dia que tu nacistes
Nacieron tadas las flores,
Y en la plila del bautismo
Cantaron los ruiseñores"

Abrazo, et merci pour ce moment rare avec Enrique Morente

Pedrito

Anonyme a dit…

Je feuillette, pardon pour la frappe ratée

Pedrito

Maja Lola a dit…

Hola Pedrito,
En lisant la strophe du chant que tu aimes :
"El dia que tu nacistes ... etc"
cette chanson est venue à mon souvenir.
Il s'agit, en fait, d'une chanson populaire mexicaine dont le titre est "Las Mananitas". C'est à l'origine une sérénade mais qui est chantée traditionnellement le jour de l'anniversaire de la femme aimée. Les mariachis la chantent à merveille.
Très douce et mélodieuse.

el chulo a dit…

hola maja,

ya se van las mananitas.

quel bonheur de te voir ici aussi.

ludo a dit…

hola a tod@s y bienvenido a casa.
en effet, como lo nota Maja, la letra que tu cites Pedrito est une letra importée du répertoire mejicano mais comme beaucoup d'autres venant d'amérique latine dans le corpus flamenco.La gente de Cadiz, ce sont certrainement eux qui ont le plus pratiqué cet échange (La Perla, Chano Lobato ...) por ser un puerto y por ser abiertos y chistosos ( les clins d'oeil leur sont tout sauf étrangers ).
la version la plus connue de cette letra est celle de Camaron dans son premier album avec Paco. la canta por buleria dans le premier titre : "al verte las flores lloran".
si vous voulez voir et écouter click her please ( la letra de los ruiseñores qui nous intéresse c'est la dernière letra que le géant de la Isla chante sur ce palo ):

http://www.youtube.com/watch?v=8czpZQdXgeE

beso y abrazos.

ludo

Maja Lola a dit…

Merci Ludo pour ces invitations musicales.
Tous ces échanges entre continents peuvent se résumer par ce que l'on appelle "Canciones de ida y vuelta" qui ont tant enrichi les répertoires musicaux somme toute si peu éloignés de la sensibilité latine.

Maja Lola a dit…

Merci à Ludo pour Radio Falseta que j'écoute à présent avec grand plaisir. Ses informations nombreuses sur l'actualité flamenca sont précieuses. J'attends avec impatience la sortie du dernier SAURA "Flamenco Flamenco". Quant à LA Carmen Amaya, leona, grande, fabulosa con majestad y arte. Je visualise souvent le DVD "Los Tarantos" (où elle partage son art avec un autre grand : Antonio Gades).

Una oyente asidua.